Programme

Presentation Programme

Thomas BUSIGNY

FONCTION :

Psychologue et Docteur en Psychologie, spécialisé en Neuropsychologie

Présentation :

Les origines de la Pleine Conscience

La méditation de pleine conscience se répand de plus en plus et se retrouve aujourd’hui dans de grands domaines publics comme la santé, l’éducation, le monde du travail, la justice… Toutefois, la pleine conscience n’est pas une invention du 21ème siècle. On rencontre la pratique de la méditation dans de nombreuses traditions philosophiques, spirituelles, religieuses, en Orient tout autant qu’en Occident. De façon universelle, la méditation est un entrainement de l’esprit, une attention consciente portée sur le moment présent, un accueil de l’expérience, quelle qu’elle soit. De la spiritualité à la psychiatrie, nous retracerons brièvement l’histoire de la pleine conscience jusqu’à son implantation dans notre société actuelle. Nous verrons que la méditation est au-delà d’une simple technique de relaxation ou de développement personnel. C’est un moyen de transformation intérieure qui amène ceux qui la pratiquent à l’acceptation, l’ouverture, le non-jugement, dans l’objectif de moins souffrir. On comprend dès lors pourquoi son application se développe de plus en plus, notamment dans le secteur de la santé où la souffrance est au premier plan.

Laurent DUPEYRAT

FONCTION :

Fondateur et Directeur Développement et Formation Ways & Lore, enseignant chercheur

Présentation :

La méditation, une réponse efficace aux risques psycho-sociaux ?

Que ce soit dans la prévention des risques psycho-sociaux ou dans l’atténuation des effets lorsqu’ils se sont déclarés, la méditation a désormais un grand rôle à jouer dans ce domaine.

Stéphane FAURE

FONCTION :

Enseignant de méditation de pleine conscience

BIOGRAPHIE :

Stéphane Faure a suivi une formation traditionnelle à la méditation dans un cadre d'étude et de retraites pendant 14 années. Depuis 2010 il enseigne le programme MBSR et des programmes basés sur l'attention dans différents champs professionnels. Notamment, depuis 2011, il intervient dans le milieu de la santé auprès des patients, des soignants et des praticiens. Avec différents partenaires, il développe l'accès aux pratiques de pleine conscience dans différents domaines sociaux qui vont des dirigeants d'entreprises aux personnes défavorisées.

Corinne ISNARD BAGNIS

FONCTION :

Professeur de Néphrologie, Hôpital Pitié Salpétriére et UPMC, Paris

Présentation :

La méditation de pleine conscience fait son entrée dans tous les champs de la santé

La méditation de pleine conscience fait son entrée dans tous les champs de la santé. Si les neurosciences ont déjà défriché le terrain en documentant les mécanismes mis en œuvre dans le cerveau par la pratique méditative, son impact dans d'autres domaines est encore à démontrer. L'intérêt croissant des soignants et des chercheurs permet à de nombreux travaux de donner des pistes pour développer des programmes à destination des patients atteints de différentes pathologies. La déclinaison de programmes de méditation dédiés à des objectifs précis n'est pas sans questionner ses fondements. Enfin, une réflexion éthique à propos de la formation des soignants et de l'offre à destination des patients est fondamentale, élément de qualité et de professionnalisme dans le développement rapide de ces pratiques à l'hôpital. 

Philippe JEAMMET

FONCTION :

Professeur emerite de Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent

Présentation :

Un paradoxe humain : la tentation de détruire pour se sentir exister

Face au sentiment d'impuissance et à la déception, l'être humain a toujours la possibilité de se sentir redevenir acteur de sa vie par la créativité, mais elle est incertaine et nous fait dépendre des autres, alors que la destructivité est toujours possible et ne dépend que de nous. Les troubles psychiatriques en sont l'illustration. En comprendre les ressorts émotionnels peut aider à dénouer ces paradoxes et à trouver des solutions moins destructrices.

Yves LE BIHAN

FONCTION :

Président, Institut Français du Leadership Positif

Présentation :

Pleine conscience en entreprise

Nous connaissons les bénéfices intra personnels de la mindfulness en entreprise mais que savons-nous de ses bénéfices inter-personnels ? Yves Le Bihan présentera notamment les résultats d’une recherche scientifique pionnière sur les bénéfices de la mindfulness en entreprise dont un extrait est paru dans Harvard Business Review. Il évoquera également les apports de la pratique en matière de leadership.

BIOGRAPHIE :

Coach de dirigeants (Directeur Associé du cabinet ANGEL Consulting), conférencier et chercheur associé à la Chaire ESSEC du changement, Yves Le Bihan à fondé l'Institut Français du Leadership Positif, le Think & Do tank de l’exploration des nouveaux modèles de leadership et de la transformation des dirigeants et des organisations. Il est à l’origine du modèle du Leader Positif en France.

L'IFLP mène des recherches scientifiques et accompagne les grands groupes et les ETI dans leurs transformations, notamment digitale, à partir de 3 approches pionnières: les neurosciences, la science de la psychologie positive et la pleine conscience (ou mindfulness).

Méditant de longue date et instructeur mindfulness, Yves intervient lors d'événements comme le Forum de l'économie Positive de Jacques Attali et forme les dirigeants dans différents programmes pionniers comme «Sagesse et Leadership», combinant méditation, neurosciences et partage de pratiques vers un leadership plus en conscience. Il est cofondateur et membre du Conseil d’Administration de l’association Initiative Mindfulness France qui oeuvre pour sensibiliser les Députés et Sénateurs Français aux bénéfices de la mindfulness en matière de santé, éducation et de travail.

Il est l'auteur du livre « Le Leader positif" (Eyrolles) et coordinateur de l’ouvrage collectif « Réinventer le leadership » (Editions EMS). Créateur de la Nuit de l'entreprise positive à LYON et du Positive Leader Forum à PARIS, réunissant 1000 dirigeants et entrepreneurs, Yves est également chroniqueur à la Harvard Business Review France et diplômé de Sciences Po Paris et d’HEC.

Yolande ESQUIROL

FONCTION :

Maître de Conférences des Universités-Praticien Hospitalier (MCU-PH)
Service des maladies professionnelles et environnementales
UMR 1027 : Université Paul Sabatier Toulouse III, INSERM
Toulouse, FRANCE

Présentation :

Burn-out et épuisement professionnel

Qu’est-ce que l’épuisement professionnel, qu’est-ce que le burn-out ?
Dr yolande Esquirol, MCU-PH CHU Toulouse (Service des maladies professionnelles et environnementales), UMR 1027 : Université Paul Sabatier Toulouse III,INSERM)
Identifié  dans les années 1970 (Bradley, Freudenberger, Maslach, Schaufeli et Enzmannet al.) chez des travailleurs ayant une profession « aidante ou à forte implication relationnelle », le  Burnout ou syndrome d’épuisement professionnel  peut affecter tous types de  travailleurs. Souvent  décrit comme une phase finale d’épuisement « physique, émotionnel et mental » le burnout est le résultat d’un processus  de dégradation complexe du travail se traduisant par un épuisement émotionnel,  une dépersonnalisation, un cynisme vis-à-vis du travail et une diminution de l’accomplissement personnel au travail. De par sa complexité et ses causes potentielles  multiples, il n’est pas référencé comme une maladie (CIM10 ou DSM-V) mais comme un syndrome regroupant des symptômes multiples, rendant l’évaluation de sa prévalence et son incidence difficile à ce jour. Pour autant, il se distingue de la fatigue chronique, de la  dépression, de l’addiction au travail et du stress aigu ou chronique au travail.
Des moyens pour l’identifier sont pourtant disponibles : questionnaires spécifiques, entretiens individuels … mais suffisent t ils ?
Parmi les conditions de travail pouvant générer un syndrome d’épuisement professionnel, les risques psychosociaux et organisationnels  sont mis en avant : l’exigence au travail, exigence émotionnelle, le manque d’autonomie et de manœuvre, le conflit des valeurs et de la qualité, l’insécurité au travail, les mauvaises relations au travail.
La composante individuelle intervient elle dans le développement du Burnout ?
Prévenir le burnout est possible par un dépistage précoce et des mesures d’action en milieu de travail, tant au niveau individuel que collectif.
De par ses conséquences sur la santé, et les désadaptations socioprofessionnelles et familiales que le burnout peut générer, il constitue une préoccupation grandissante des pouvoirs publics et fait poser la question de sa reconnaissance éventuelle en tant que maladie professionnelle.